En application du principe de solidarité, inscrit dans nos statuts, le conseil de section, réuni en séance de travail le vendredi 11 novembre, décide de s’assurer qu’aucun de nos adhérents ne se trouve en situation matérielle délicate, suite aux conditions météorologiques désastreuses que nous venons de connaître en ce début de mois (tempêtes CIARAN et DOMINGOS suivies d’inondations importantes en certains secteurs).

Le lendemain, en tout début d’après-midi, notre secrétaire, Roger JULLIARD (P71), diffuse à tous nos adhérents un appel leur demandant de nous faire connaître les difficultés auxquelles ils pourraient être confrontés et l’aide qui leur serait nécessaire. Dans l’après-midi, Marc COSTES, un ami commun, président départemental de l’ANSORAAE, nous fait savoir que de nombreux arbres ont subi de gros dégâts chez notre camarade Albéric JOLY (P8) habitant à FONCOUVERTE. Il nous précise, en outre, que ce celui-ci envisage de se « débrouiller seul ». En réponse à la proposition de Roger de lui venir en aide, Albéric fait l’état des dégâts qu’il a subis « un sapin déraciné, une dizaine de chênes décapités avec de grosses branches cassées ». Il nous remercie « énormément », mais décline poliment notre offre de service, tout en précisant qu’il compte se faire aider par son milieu familial. Pendant ce laps de temps, une équipe de volontaires s’est déjà constituée, prête à intervenir  le plus tôt possible. En fin de journée, Maurice relance notre offre de service à Albéric pour le lendemain.

En l’absence de feu vert à son message de la veille, Maurice lance, dès dimanche matin, une nouvelle tentative téléphonique afin d’obtenir l’accord de notre camarade. Albéric n’est pas présent, et c’est son épouse qui décroche. Celle-ci, toute acquise à notre proposition, et ravie de voir avec quelle opiniâtreté notre équipe est décidée à leur apporter toute l’aide nécessaire, donne volontiers son accord pour que nous intervenions cet après-midi même. Afin que l’effet de surprise soit total, elle se gardera bien de dévoiler à Albéric ce qui s’est tramé en son absence. Le complot est acté.

A 14h30,  le “commando”, constitué de Maurice (P45), de Daniel (P79) et son épouse Christine, de Christophe (P107) et de Thierry (P126), vient surprendre notre ami et le place devant le fait accompli. En fin d’après-midi, le gros-œuvre est achevé et le terrain bien sécurisé(1).

Aunis-Saintonge : la Solidarité en marche 1

Bûcheronnage terminé

 

La meilleure des conclusions à cette action solidaire est celle apportée par Albéric dans son message de remerciements : « Suite à mon message d’hier soir, je me rends compte que la famille Arpète sait lire entre les lignes. Ma surprise a été grande de voir arriver chez moi, vers 14h30, une équipe d’Arpètes bien décidée à me donner un sérieux coup de main pour la coupe de mes arbres. Après 3 heures de travail le chantier est bien dégagé et sécurisé. Tous mes remerciements à mes amis Arpètes présents : Daniel et son épouse Christine, Maurice, Christophe et Thierry. Avec tout ma reconnaissance. Amitiés. Albéric  (P8) »

(1) Daniel s’est chargé ultérieurement de l’évacuation du bois et de l’élimination des branchages.

Henri BOURGET (P35)